La pêche au manié

Technique

On entend par pêche au manié, le maniement par bonds saut successif d’un leurre mou ou d’un poisson mort pour simuler le comportement d’un poisson vivant ou mourant et déclencher l’attaque du vorace.

Pratique dans tous les types d’eaux, du rivage ou en bateau, cette technique est l’une des plus sportives pour les pêcheurs prédateurs. Elle nécessite un équipement adapté et surtout une grande concentration. Il n’a pas l’inconvénient de la répétitivité car chaque mouvement de ligne est différent du précédent.

La monture « DRACHKOVITCH » (du nom de son inventeur) est la monture la plus utilisée pour pratiquer cette technique. Il permet de capturer un poisson ou un leurre avec deux hameçons triples et d’être pesé par une laisse articulée placée dans la tête, ce qui permet une animation libre et spasmodique (attraction principale du « Drachko »)

Action

L’animation sera plus ou moins lente et les secousses plus ou moins marquées selon les saisons et les poissons recherchés. La profondeur de prospection sera également déterminante et, en règle générale, proche du fond pour la sandre et dans la couche d’eau intermédiaire pour le brochet.

Lors du lancer, avant que le poisson mort ne touche l’eau, freinez la sortie du nylon afin d’éviter l’emmêlement des hameçons avec la ligne. Accompagnez la descente, bannière tendue. L’animation débute dès que la monture atteint le fond. La canne doit parcourir un angle maximum de 45°(voir vue n°1), ne dépassez jamais cette position sinon le ferrage serait inefficace.

Faire des tirs irréguliers de faible amplitude plus ou moins rapides. Utilisez la pointe de la scie pour faire une série de mouvements en dents de scie. De temps en temps, immobilisez la monture pendant quelques secondes puis créez des frissons…. l’objectif est d’imiter un poisson mourant.

La plupart des attaques ont lieu pendant la phase descendante de l’animation. Par conséquent, la ligne doit toujours rester parfaitement tendue pour maintenir un contact permanent avec le support et permettre de percevoir la moindre traction, impact ou mouvement latéral anormal de la ligne (parfois difficile à détecter pour un pêcheur inexpérimenté). Dans chacun de ces cas, il est nécessaire de réagir immédiatement avec un ferrage rapide et puissant, car le prédateur (surtout le sandre) crache aussi vite qu’il attaque quand il découvre le piège !

Matériels spécifiques

La canne

Elle doit être raide pour détecter la moindre contact et avoir une bonne réserve de puissance pour supporter la violence du ferrage. Destinée à être utilisée des heures durant, elle doit être légère et bien équilibrée. Elle mesure entre 2,70 m (en bateau) et 3,30 m (pour la pêche du bord), mais la plus polyvalente est une canne de 2,90 m en 2 bouts (meilleur action). La puissance est de 10/50 grs mais peut aller jusqu’à 80 grs si vous utilisez de gros leurres. La présence d’anneaux Sic est essentielle pour l’utilisation des tresses.

(Ex :Garbolino Dynastick 294 2.90 m 15-50 gr ou Garbolino Dynastick 296 2,90 m 20-80 gr).

Le moulinet

De type léger à tambour fixe, il doit parfaitement équilibrer l’ensemble.

Munis d’un anti-retour infini, il permet de ferrer immédiatement sans à-coup dans toutes les positions de rotation du moulinet. Le frein doit être progressif et offrir un ajustement parfait.

Il doit permettre l’utilisation de tresse et avoir une capacité minimum de 100 m de 26/100.

Equipé de plusieurs roulements à billes est un gage de confort et de qualité.

La tresse

Elle est de loin supérieure au nylon, en effet l’absence d’élasticité permet un contact direct lors de la touche et du ferrage. Une tresse fluorescente (jaune, vert, orange…) est indispensable pour permettre une bonne visibilité de la ligne.

La monture

Achetée en kit ou à réaliser soi-même, elle doit toujours avoir une taille proportionnelle à celle du poisson ou du leurre utilisé (de 5 à 15 cm) de façon à donner un aspect naturel.

Elle comprend un corps et une agrafe en corde à piano (50 à 80/100), une chevrotine fendue (4 à 18 g), un ou deux hameçons triples (n°10 à n°2), des empiles souples en Kevlar ou en acier multi-brins tressé (7 à 10 kg) et du fil de cuivre (dia 0.70 mm), un brin de laine rouge, une gaine en silicone.

Conseils pratiques

Montage

  • La taille de la monture doit toujours correspondre à la taille du poisson pour laisser un aspect naturel.
  • Pour les appâts, évitez les poissons plats difficiles à manier (brémette, carassin), une ablette ou un gardon de +/- 11 cm abattu à la dernière minute est une nécessité.
  • L’installation du poisson dans le cadre doit être parfaite, la corde du piano glisse dans la bouche, de sorte qu’elle soit placée au ras du clip. Le poisson est ensuite bloqué avec du fil de laiton qui est percé à travers les branchies. Le fil est étiré et passé à travers l’œillet du corps du cadre, puis enroulé autour du museau, afin d’éviter que le poisson ne glisse. Ensuite les 2 crochets triples sont placés sur les côtés, le premier vers l’avant et le second sur la queue. Il ne reste plus qu’à placer la pastille et à fixer le fil dans l’agrafe.
  • Pour choisir vos leurres souples, n’oubliez pas qu’ils doivent être de la même couleur que les poissons fourrage de votre zone de pêche. Cependant, certaines couleurs agressives (chartreuse) donnent aussi de très bons résultats.
  • Ne pincez pas de chevrotine à l’avance sur votre monture, mais choisissez-là au bord de l’eau en fonction de l’endroit et des conditions de pêche.
  • Fabriquez et stockez plusieurs montures de différentes tailles pour faire face à toutes les situations.

Pendant l’action de pêche

  • Maintenez toujours le fil tendu !!!
  • Variez vos animations pour trouver celle qui convient le mieux.
  • Pensez à vérifier le « piquant » des hameçons et et de les aiguiser si nécessaire.
  • Ferrez chaque fois que vous sentez une sensation « étrange ».
  • Au ferrage, si vous avez donné votre coup de poignet dans le vide ce n’est pas grave, il suffit de reprendre directement l’animation.
  • N’hésitez pas à changer la chevrotine pour adapter au mieux la plombée en fonction des conditions de pêche (vent, profondeur, courrant ou humeur du poisson).
  • Alternez l’utilisation d’une monture avec un poisson mort et une autre avec un leurre souple.
  • De temps en temps, vérifiez le bord avant de lancer que vos poissons morts se comportent librement dans l’eau.
  • Avec les leurres souples, varier les modèles car différentes vibrations et couleurs peuvent déclencher l’attaque.
  • Continuez toujours à pêcher jusqu’à ce qu’il soit très près du rivage.